Kairo (1998)

Kairo est un des meilleurs films du réalisateur Kiyoshi Kurosawa : derrière un scénario d’épouvante racontant une histoire de fantômes et de fin du monde se cache un message à caractère social critiquant une société contemporaine rongée par la solitude et l’isolement.

Kairo-1

L’histoire

Un navire erre sur l’océan. A son bord, des gens improvisés marins dans l’urgence, qui ne se connaissaient pas avant d’embarquer et qui cherchent maintenant le premier lieu possible pour débarquer… si un lieu hospitaliser existe encore.  Parmi l’équipage, une jeune femme qui se rappelle comment les choses en sont arrivées là ….

Taguchi a disparu. Ses amis, inquiets, partent à sa recherche et le retrouvent pendu chez lui. Suicide ? Taguchi avait laissé derrière lui une disquette contenant des images mystérieuses. Choqués et intrigués, ses amis mènent l’enquête.

Parallèlement, Kawashima, étudiant accro à Internet, est intrigué par son ordinateur commençant à se mettre en marche tout seul et à se connecter à un site internet vraiment bizarre. Kawashima commence lui aussi à mener son enquête. Parallèlement les évènements étranges et effrayants se multiplient : multiplication des suicides et des disparitions, appels téléphoniques récités par une curieuse voix monocorde …. Derrière tous ces événements : des fantômes qui utilisent les réseaux internet pour envahir le monde des vivants.

Kairo-2

Un film de fantôme ?

Les films de fantômes sont une longue tradition du cinéma japonais et ils étaient revenus à la mode avec le succès du film Ring de Hideo Nakata en 1998. Des films similaires mettant en scène des esprits d’outre-tombe étranges et menaçants s’étaient alors multipliés : Dark Water, Chakushin Ari, Ju-On … et Kairo qui a priori fait partie du même courant.
Dans Kairo, les manifestations des spectres ont l’originalité d’être montrées de façon sobre, presque austère, sans vraiment de violence et sans que la moindre goutte de sang soit versée du fait de ces esprits. L’épouvante passe par une ambiance bien particulière, savamment distillée mais qui réussit à nous faire quand même dresser les cheveux sur la tête. Un excellent exemple est la scène où un des protagonistes explorant des caves se trouve face à une femme mystérieuse : d’abord immobile, elle se déplace ensuite par une série de mouvements saccadés et déconstruits montrant sa provenance d’un autre monde et se rapproche inexorablement jusqu’à … Frissons garantis !

Kairo-3
L’histoire a aussi l’originalité de passer progressivement à un autre registre, l’immersion progressive des revenants auprès des vivants se transformant en un véritable envahissement mettant en danger l’ensemble de l’humanité : Kairo passe ainsi progressivement d’une histoire de méchants revenants à un récit de fin du monde. Thème lui aussi récurrent dans le cinéma japonais.

En réalité une critique sociale virulente

Sur la forme, Kairo est quand même très différent d’un récit d’épouvante classique.

La première chose qui peut étonner est l’action des fameux esprits d’outre-tombe contre les vivants : leur action semble consister, non pas à les tuer après les avoir terrorisés mais à les rendre tristes et désespérés pour les pousser au suicide ou à la disparition. Même si ils sont toujours évoqués, les fameux esprits d’outre-tombe disparaissent d’ailleurs rapidement de la scène comme pour laisser les humains s’autodétruire tout seuls : les scènes effrayantes continuent mais elles mettent désormais en scène les protagonistes de l’histoire qui disparaissent ou meurent d’une façon qui glace le sang, comme par exemple une telle qui se transforme en un tas de poussière ou une autre qui se tire une balle de pistolet … le tout devant leurs amis.

Kairo-4

Tout film d’épouvante qui se respecte montre normalement une tension et un suspense réguliers avec plusieurs rebondissements. Or avec Kairo c’est l’exact contraire : la tension et le suspense montent rapidement au début du film … puis retombent assez vite pour laisser la place à une impression de longueur qui peut vraiment dérouter.

C’est parce que le but de ce film n’est pas uniquement de raconter une histoire de fantômes qui font peur mais d’abord de faire passer un message de forte critique sociale : l’histoire d’épouvante sert en effet de prétexte à dénoncer une société moderne rongée par la solitude et l’isolement croissants. Les fameux fantômes ne sont qu’un miroir faisant prendre conscience brutalement aux humains de cette solitude et de cet isolement. Ainsi les messages par lesquels les fantômes se manifestent d’abord par téléphone sont des appels aux secours réguliers n’appelant pas de réponse. La scène où une des personnages se transforme en un tas de poussière est précédée d’une discussion avec une amie, discussion marquée par une totale incompréhension entre les deux. Le message le plus révélateur est celui lancé par un des spectres : « La mort est un éternel isolement ».

Kairo-5

Cette particularité de mélanger les genres, de se servir d’un récit d’épouvante pour faire passer un message à caractère sociétal peuvent rendre Kairo déroutant mais en font en même temps l’originalité et l’intérêt. C’est probablement un des voire le meilleur film du réalisateur Kiyoshi Kurosawa.

Le film a été présenté au festival de Cannes de 2001 dans la catégorie Un certain regard et fut récompensé la même année au festival international du film de Catalogne. Un remake américain en fut réalisé en 2006 sous le titre de Pulse.

Il est disponible en France en DVD, dans une édition le regroupant avec Charisma, autre film de Kurosawa très intéressant et déroutant.

Pour vous en donner une idée, voici la bande-annonce française :

Kaïro – Bande annonce Vost FR par _Caprice_

Articles relatifs :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *